Association 14

  • Acceptation

    Qu'est-ce que l'acceptation ?

    Cette question se pose à chacun de nous. Jusqu'à notre prise de conscience.

    Notre tendance naturelle est de refuser, de repousser, de lutter contre ce qui nous semble injuste, inacceptable ou douloureux. Nous faisons cela depuis notre enfance, avec plus ou moins de force. Cela nous entraîne dans le ressentiment lorsque nous n'arrivons pas à éliminer la cause apparente de notre répulsion. Et nos réactions sont des attaques contre la source apparente du problème. Cela à soi seul est une erreur car toute attaque vers "l'extérieur" est en fait une attaque contre soi-même : nous nous blessons ainsi nous-mêmes.

    Tous les Maîtres spirituels enseignent la même Vérité : il est inutile, et même nocif, de "lutter" contre ce qui nous déplait ou nous blesse. L'acceptation est reconnaître l'inanité du refus de ce qui est un fait : quelque chose arrive qui nous heurte, c'est un fait. Il est possible d'y jeter un regard neutre, sans jugement, sans colère, sans abattement... L'impavidité (absence de peur) et l'équanimité (émotion contrôlée) sont les maîtres-mots de l'attitude juste.

    Il est un vieil adage qui dit : "Ne lutte pas contre le mal, augmente le bien".  

    Toute autre attitude nous blesse, car c'est le jugement que nous portons sur l'événement qui nous blesse. Ce n'est pas l'événement lui-même, qui est par nature sans pouvoir sur notre esprit, autre que celui que nous lui accordons.

    ACCEPTER est la règle. Accepter que cela apparaisse, pas forcément ce que cela représente.

    Dans les Dialogues avec l'Ange, dans l'entretien 20, page 120, nous trouvons : "Sais-tu ce qui te mets en mouvement ? Prononce cette parole : J'accepte. La vraie parole monte jusqu'à SA face et redescend sur toi en force. La force du voeux prend sa source en toi. La parole du voeux est grain qui est semé au Ciel, qui porte des fruits et retombe sur toi multiplié. Tu auras de quoi distribuer, mon serviteur ! La Foi semée en Dieu..."

    Faites-en l'expérience, avec sincérité, dans la situation la plus difficile, alors vous verrez sourdre quelque chose qui va vous entraîner loin sur le chemin du retour à la Source.

  • Affirmation

    Affirmer est reconnaître quelque chose. Ici l'affirmation est le moyen de rappeler la véritable nature de "qui nous sommes". Nous y ré-affirmons l'innocence, la puissance, l'amour, la paix...

    L'affirmation conduit à défaire, progressivement, les idées erronnées qui peuplent habituellement notre esprit - oui, par habitude, comme une attitude hypnotique acquise, indépendante de "qui nous sommes".

    Elle participe au programme de "réparation" de notre esprit pour le soustraire à l'emprise de l'égo. Le Cours en Miracles (UCEM) nous fait prendre conscience du seul réel besoin que nous avons, il s'agit de ce qu'il nomme l'Expiation, c'est-à-dire la correction de l'erreur et son acceptation.

    Elle n'est pas une fin en soi, mais un moyen de reprogrammation de l'esprit.

    La dernière affirmation est : "Je Suis".

  • Âme

    L'âme (anima, le souffle) est le principe vital et spirituel, immanent ou transcendant, qui anime le corps d'un être vivant. (Wikipedia)

    Dans les Dialogues avec l'Ange, les sept âmes du mondes sont présentées, symbolisées par la Menorah, ce chandelier à sept branches. Dans cette vision la branche centrale symbolise l'Homme accompli qui a recouvré sa véritable nature divine, très différent de l'homme qui cherche dans les couloirs du temps qui il est réellement. Très différent, pas tant que cela, mais effectivement éveillé et total.

     

    Sans titre.png      

    Les sept âmes du monde 1.jpeg

     

    "Reviens marcher avec Moi comme au commencement" dit-on parfois, comme une pensée de Dieu qui attend l'accomplissement de son enfant perdu dans un rêve sans but.

  • Amour

    L'amour est le don sans restriction ni arrière-pensée, c'est l'oubli de soi-même pour tout donner. Le refus de donner, qui est une absence d'amour, introduit une limite qui ne peut être concevable dans l'Esprit Infini (ou Pur Esprit, ou Saint-Esprit), Dieu.

    L'amour est reconnaissance de l'unité absolue des "esprits" dans l'Esprit Universel, sans séparation malgré les apparences du monde. Nous pouvons même comprendre que l'Amour est la force de cohésion de l'Unité, sans quoi le Un n'est plus possible. Nous avons là l'image précise de la grande illusion de la "séparation" que l'égo cherche à préserver en introduisant la peur de l'amour, cet amour qui oblige à faire tomber toutes les "protections" illusoires recherchées dans le monde égotique.

    "Je suis en mon Père et le Père est en moi. Vous êtes en moi et je suis en vous", nous dit le Nouveau testament.

     

    Dessins2.jpg

     

    Ne cherche pas à savoir s'ils t'aiment, aime-les tous tels qu'ils sont.

     

  • Anges

    Les Choeurs angéliques nous entourent à chaque instant, tout au long de notre vie incarnée. Ils nous protègent, essentiellement de nous-mêmes, comme les parents veillent sur leur enfant pour "éviter qu'il ne se fasse du mal", dans ses nouvelles expériences non maîtrisées.

    Les Anges veillent sur nous, mais ils ne peuvent intervenir qu'avec notre accord. Nous sommes dotés de "libre-arbitre", ce qui veut dire que rien ne peut être fait contre notre volonté, consciente ou inconsciente. Mais si nous faisons appel à eux, alors ils mettent leur pouvoir au service de notre bien. Ils nous aident à nous ré-orienter vers notre Source, notre véritable nature.

    Le Psaume 91 nous le dit : "Car IL ordonnera à ses Anges de te garder dans toutes tes voies. Ils te porteront sur leurs mains, de peur que ton pied ne heurte contre une pierre." 

    C'est de cette attitude bienveillante qu'est née l'expression : Ange Gardien. Il veille à notre bien : la pure bienveillance.

       

    P1000457b.JPG

     

  • Bénédiction

    Bénédiction. Benedicare : bien dire, dire le Bien.

    Voilà le sens de la bénédiction : reconnaître la pureté de chaque frère, innocent, que l'on ne peut pas juger ni condamner, sans se condamner soi-même.

  • Bien

    Dieu est le Bien parfait. Le mal apparaît dans l'illusion du manque qui résulte de l'illusion de la séparation et de la peur, sa conséquence. Mais en Dieu rien de cela, ni séparation ni peur, donc pas de mal.

    Dieu est le Bien parfait, la plénitude et la complétude. En Dieu nous sommes pleins et complets.

    Le bien est la réelle nature des choses, le mal n'est qu'illusion résultant de nos jugements aveugles.

  • Bienveillance

    Cette attitude d'esprit doit devenir notre attitude naturelle et permanente. Ainsi nous veillons au bien de notre frère, de qui nous ne sommes pas réellement séparés.

    "J'ai confiance en mes frères, qui ne font qu'un avec moi." Leçon n° 181 du Cours en Miracles (UCEM)

    La bienveillance exprime que nous prenons soin les uns des autres. Ainsi la peur est absente, la confiance est établie, l'amour frappe à la porte...

    Commencez vos prières par cette simple phrase : "Père, en Ton NOM, je pronnonce la parole de Bienveillance, de Bonne volonté et d'Amour..." Ainsi vous affirmez votre vraie nature de Fils de Dieu.

  • Bonheur

    "Dieu étant Amour est aussi Bonheur." Leçon n° 103 du Cours en Miracles (UCEM)

    Heur, dans notre langue ancienne est issu du latin augurum qui signifie "présage".

    Ainsi le bonheur est un "bon présage", nous disons "c'est de bon augure."

    Le malheur est un mauvais présage et nous disons "c'est de mauvais augure."

    Le bonheur est l'état d'être Bien, dans la Joie et la Paix, dans la communion avec l'Être Total et Parfait, Complet  et Entier.

  • Bonté

    La Bonté est de Dieu seul. Le pâle reflet de bonté que nous pensons pratiquer ici, n'est en fait que "brutalité" en regard de la Réelle Bonté du Père pour son Fils (l'ensemble de l'humanité)

    Dialogues avec l'Ange, entretien 28, page 162 :

    "Lili - qu'est-ce que la bonté ?

    - Ancien, mauvais débris qui ne sert plus à rien ! Tout le monde donne aujourd'hui de la 'bonté'. Ordure ! LUI SEUL peut donner et tout est donné. Des vers, ivres de prétention, 'donnent'. Nous, nous ne faisons qu'apporter SON Cadeau. Ne soyez pas entachés par la 'bonté' ! Qu'il n'y ait plus de 'bonté' en vous ! Ce n'est pas le mal qui obscurcit le monde mais le 'bon'. L'homme 'bon' qui fait la charité, qui aide, que donne-t-il ? - La mort. Vous, les 'bons' qui dites : 'Nous sommes bons', vous allez expier ! Car la nouvelle Lumière qui vient réduira en poussière tout ce qui est faux..."

    Comment comprendre ces mot si durs ? Rappelez-vous le vieil adage : 'l'enfer est pavé de bonnes intentions'. Il s'agit de cela. Dans l'extraordinaire interdépendance des choses (comme le disent les bouddhistes) comment pouvons-nous savoir ce qui est juste ? ce qui est bon ? Nous ne pouvons rien donner réellement qui ne vienne de Dieu. Le juste, le bon est de Dieu et de lui seul. Nous ne pouvons manifester la bonté qu'en nous souvenant que Dieu est en nous et en Le laissant agir selon Sa Volonté. Aucune erreur possible alors.

  • Bouddha et Bouddhisme

     Buddha de la Protection 2.jpeg

    Le titre de  bouddha (sanskrit buddha « éveillé », de la  racine verbale  budh-, « s'éveiller »), désigne une personne ayant par sa  sagesse (prajñā), réalisé l'éveil, c'est-à-dire atteint le  nirvāna (selon le  hīnayāna), ou transcendé la dualité saṃsāra/nirvāņa (selon le  Mahāyāna).

    Il peut être désigné par d'autres qualificatifs :

    • « Bienheureux » (bhagavat),
    • « Celui qui a vaincu » (Jina),
    • « Ainsi-Venu » (Tathāgata).

    Des nombreux bouddhas, le plus connu demeure le fondateur du bouddhisme, Siddhārtha Gautama, archétype du « bouddha pur et parfait »

    Le bouddhisme revêt de nombreuses variantes suivant les pays, du Japon au Tibet en passant par l'Asie du sud-est et l'Inde. L'un des plus connus en Europe est le Bouddhisme Tibétain et son leader spirituel le Dalaï Lama. Les enseignements bouddhiques sont très actifs en Europe et en France. Les enseignements du bouddhisme tibétain sont dans leur essence très proches des enseignements des grands ontologues américains depuis un siècle, et aussi du Cours en Miracles qui est apparu dans les années 1970. Ils prônent que le monde n'est qu'illusion et la Réalité est au-delà du voile de l'illusion, pure innocence et tout amour. 

    bg_flower2.jpg

     

     

  • Choisir

    "Choisis à nouveau."

    La plus belle injonction qui soit. Elle nous dit que rien n'est définitivement clos, même si nous nous sentons coupables, en apparence irrémédiablement coupables... Dans l'instant présent, qui est la seule réalité (le passé n'est plus là et le futur est encore à venir), dans cet instant présent nous pouvons encore et encore choisir de voir les choses différemment, réparant ainsi ce qui était apparu comme une profonde erreur. C'est le principe du pardon à soi-même.

    En fait, seul le Bien est éternel et permanent, indestructible et spontané.

    Le mal, quant à lui, n'est que la manifestation du manque apparu dans l'illusion de la séparation que l'égo nous impose dans le monde de la forme. Le mal est impermanent et changeant. Il peut donc être revu dans la Lumière, dans laquelle il disparaît sans laisser de trace. La Lumière est le nouveau choix que nous pouvons toujours faire.

    Vous vous dites, c'est bien beau mais c'est vraiment difficile. Oui, bien sûr. C'est pourquoi le Cours (UCEM) nous dit que nous ne pouvons pas le faire seul. Nous pouvons demander de l'aide. Cette aide est celle que nous donne sans limite le Saint-Esprit que nous invoquons dans la Prière. 

    La Prière initie en nous un nouveau choix. La prière défriche notre esprit.

  • Christ

    Conscience de la présence de Dieu dans notre esprit. Le Christ de Dieu est l'esprit qui a définitivement abandonné l'égo. Jésus a effectué cela et ce qui en fait l'Enseignant de Dieu, parfait et Amour. C'est pourquoi il a été très tôt dit : "Jésus-Christ". Ainsi Jésus émane la Toute-Puissance divine qu'il peut nous faire connaître, si nous le voulons, car Il ne pourra jamais aller contre notre libre arbitre. Dès que nous le voulons Son aide nous est acquise.

    Voir la Face du Christ dans chacun de nos frères est reconnaître la véritable nature de "qui nous sommes". La paix intérieure en résulte.

     

                                                    195px-Chartres_Portail_central_Tympan_270309_2.jpg

                                                  Tympan du portail central de la Cathédrale de Chartres

     

  • Ciel

    "Le Ciel est une décision que je dois prendre." Leçon 138 du Cours en Miracles

    Dans ce monde difficile, le Ciel paraît prendre la forme d'un choix plutôt que d'être simplement ce qu'il est. Le choix du Ciel est l'abandon de la peur.

    Dans la Réalité de l'Esprit, non duelle, le seul choix possible est le Ciel. Le monde n'est qu'un faux choix de l'illusion qui nous conduit à la souffrance, dans la peur de la séparation. L'enfer est ce monde d'illusion et nous y sommes déjà lorsque l'égo nous fait croire en la réalité du monde.

     

    PICT2754.JPG.jpg

  • Coeur

    Garde ton coeur plus que tout, car en lui résident les sources de la vie. Tu es la sentinelle à la porte de ton coeur, et cette sentinelle n'est jamais relevée.

    Ceci relève de la constance et de la persévérance. Dans la prière !

    Le Coeur en nous n'est pas affecté par l'égo. Il participe du Coeur Unique de Dieu et connaît la Vérité, l'Unique Réalité. Suivons l'élan spontané de notre coeur et nous sommes sauvés de l'illusion.

  • Confiance

    La confiance est nécessaire pour l'étudiant du Cours, pour le pélerin qui chemine sur la Voie spirituelle. C'est le partage de la Foi.

  • Conscience

     

    consciousness, awarenessconscience


    Ces deux mots ne sont pas des opposés ; au contraire, ils sont très proches l'un de l'autre et se partagent un champ sémantique qui, en français, est réservé au seul mot « conscience ». Or dans le Cours, le mot consciousness  se situe exclusivement au niveau de la perception, donc de la dualité. Quant à awareness,qui est aussi traduit par conscience — ou plus rarement « prise de conscience » —, il est employé dans le Cours à l'un ou l'autre niveau : niveau de la connaissance (non-dualité) ou niveau de la perception (dualité). 

  • Contemplation

    Contemplation = con-templation. Partager le temple, le centre de l'être, au coeur de son esprit. 

    Il s'agit d'un mouvement du coeur qui est immobile : l'immuable mouvement de la Création vers son Créateur.

  • Décision

    Voici un mot dont on peut ne pas voir ce qu'il fait dans le contexte de l'enseignement.

    Avant d'avoir fait quelques pas dans la recherche spirituelle, il est commun de penser que nous sommes confrontés à ce qui vient du monde "extérieur", comme il est spontanément perçu. Les vicissitudes de la "vie", telle qu'elles semblent se manifester "autour" de soi, conduisent la plupart d'entre nous à "agir" dans le monde, en mettant en route le mental, en faisant jouer la volonté et en prenant des décisions d'actions. Une longue expérience dans un parcours de vie, montre à l'évidence que cette voie est celle de la souffrance, de la frustration, de la peur et finalement de la mort.

    Ici nous parlons de quelque chose de plus fondamental : de la Décision de regarder les choses différemment. Comme le souligne le bouddhisme, la principale qualité de l'esprit est qu'il peut être changé et que ce changement ne peut venir que de soi en adoptant un nouveau point de vue.

    Ceci fait appel à ce qui est notre apanage de naissance en tant que Fils de Dieu : notre libre arbitre et notre volonté. Il s'agit de prendre une décision vitale librement.

    L'amour est une décision.

    Le Ciel est une décision.

    Le non-jugement est une décision.

    Le pardon (le vrai pardon) est une décision.

    La vraie Prière est une décision...

    Voilà pourquoi ce mot mérite d'être bien identifié et compris, car il nous ramène au Choix ("Choisis à nouveau".)

  • Dieu

     

    Dieu est l'Esprit infini, inconditionné et illimité. Dieu est infini, sans fin ni commencement, hors du temps. Dieu est inconditionné. Il ne dépend d'aucune condition et Dieu ne pose aucune condition. Dieu est au delà de toute condition. Dieu est illimité. Aucune limitation ne peut circonscrire Dieu. Aucun concept ne peut limiter Dieu. Aucune pensée ne peut englober Dieu.

    Le Principe Totalement Abstrait de l'"Êtreté"

  • Donner-recevoir

    Il s'agit de la bien connue "loi de rétribution".

    "Donner et recevoir ne font qu'un en vérité" (leçon 108 UCEM)

    "Tout ce que je donne est donné à moi-même" (leçon 126 UCEM)

    Dans le monde de la Réalité absolue, nous perdons ce que nous retenons pour nous seuls. Nous y gagnons ce que nous donnons sans rien retenir.

    En fait, il faut comprendre que retenir sépare, et que la séparation est le mal du monde apparent dans lequel nous pensons vivre. Relâchons et nous recevrons au centuple !

  • Égo

    "Qu'est-ce que  l'ego?  Ce n'est qu'un rêve de ce que tu es réellement. Une pensée d'être à part de ton Créateur et un souhait d'être ce qu'il n'a pas créé. C'est une folie et pas du tout une réalité. Un nom pour l'innommé, voilà tout ce que c'est. Un symbole de l'impossibilité ; un choix d'alternatives qui n'existent pas.

    Qu'est-ce que l'ego ? Le néant, mais sous une forme qui semble être quelque chose. Dans un monde de formes, l'ego ne peut pas être nié car lui seul semble réel.

    Qui te demande de définir l'ego et d'expliquer comment il a surgi, ne peut être que celui qui le pense réel et cherche par sa définition à garantir que sa nature illusoire est dissimulée derrière les mots qui semblent le rendre tel.

    Il n'y a pas de définition d'un mensonge qui serve à le rendre vrai. Il n'y a pas non plus de vérité que les mensonges puissent dissimuler efficacement. L'irréalité de l'ego n'est pas niée par les mots et ce n'est pas parce que sa nature semble avoir une forme que sa signification est claire. Qui peut définir l'indéfinissable ?

    Qu'est-ce que l'ego? Ce que sont les ténèbres.

    Où est l'ego? Là où sont les ténèbres.

    Qu'est-ce que l'ego? Ce qu'est le mal.

    Où est l'ego? Dans un rêve de mal qui semble seulement être réel tant que tu le rêves. "

     

    D'après Un Cours en Miracles (Définition de termes)

  • Enseignement

    L'enseignement de notre temps nous est donné par divers canaux : les enseignements bouddhistes thibétains qui se développent aujourd'hui de façon miraculeuse, les enseignements du Cours (UCEM) qui redonne le véritable enseignement de Jésus, déformé jusque là par les dogmes et entravé de rituels et interdits.

  • Entièreté

     

    L'entièreté, c'est laisser l'esprit être guidé par le coeur. Dans l'entièreté de coeur, tu commenceras à te connaître d'une nouvelle manière. Tu commenceras à te connaître sans les perceptions et les jugements de ton esprit.

    Tu commences à entendre le language de ton propre coeur.

    Tu peux ainsi commencer à "Dire qui Tu es". Pas avec des mots, mais simplement par ton attitude, tes choix et ton rapport dans les relations. La liberté d'être Soi est maintenant présente en toi.

  • Esprit

    Le Principe totalement abstrait de l'Êtreté. Source unique de tout. Infini absolu, total et complet, inconditionné et libre.

  • Éternel

    "Je Suis l'Éternel" dit Dieu.

    Nous voyons dans notre mental l'éternité comme un temps sans fin. Mais alors il faudrait aussi dire : comme un temps sans commencement.

    Le concept d'éternité est pratiquement insaisissable par le mental limité habituel. Il serait approprié de dire que l'éternité est hors du temps.

    Le temps semble s'écouler du passé vers le futur en un flot continu impossible à interrompre. Et entre le passé et le futur nous plaçons le présent, mais sans savoir vraiment ce qu'il est. Il est plutôt clair qu'il n'y a pas de place pour l'éternité dans cette vue.

    Oui, l'éternité est hors du temps, elle est totale, sans commencement ni fin, sans limite d'aucune sorte et inconditionnée. Et là nous commençons à réaliser que cette "définition" est aussi celle que nous pouvons donner à Dieu, pour autant que cela soit possible. Disons que c'est une approche utile pour se faire une représentation de la Réalité.

    Donc Éternité et Dieu sont synonymes, si nous acceptons cette vue réduite.

     

    D'aucun dirait : "l'Éternité se situe entre la fin et le commencement, le temps se situe entre le commencement et la fin".     

     

    Le temps ayant une fin, disparaîtra. L'Éternité simplement Est.

     

  • Fils de Dieu

    Dans l'enseignement de Jésus, le Fils de Dieu est Un, comme son Père. 

    "Je suis en vous et vous êtes en moi. Je suis en mon Père et le Père est en moi", ainsi enseignait Jésus. En fait, ce que le Cours nous dit est que le Fils de Dieu est l'ensemble de la Filialité ne faisant qu'Un, puisque nous ne sommes pas séparés les uns des autres malgré l'illusion du monde.

    "Je ne suis pas seul à éprouver les effets de ma vue, je ne suis pas seul à éprouver les effets de mes pensées." (Leçons 18 et 19 du Livre d'exercices UCEM) 

    La notion de Fils de Dieu nous rappelle que Dieu est essentiellement Un, Dieu est Unique et rien n'est en dehors de Lui, par nature et son Fils est en Lui, non séparé.

  • Foi

    Nous créatures de Dieu, à son image et selon sa ressemblance, nous sommes de même nature, esprits subjectifs individuels et notre loi est "je suis ce que je crois". Il nous est fait selon notre foi.

    Si nous mettons notre foi dans le monde de nos perceptions habituelles, alors nous vivons dans ce monde de séparation, de peur, de violence et de mort.

    Mais si nous mettons notre foi dans la Parole de Dieu en nous, le Saint-Esprit, alors nous vivons en Dieu, dans l'Amour, la Paix, la Lumière et la Vérité. La puissance de la Vérité sera notre lot.

  • Grâce

    "Par la Grâce je vis. Par la Grâce je suis libéré." Leçon 169 du Cours en Miracles.

    La Grâce peut être vue comme le don d'amour permanent de Dieu en toute sa Création. Elle pourrait nous faire vivre le flux perpétuel de l'Être qui s'exprime en nous : la vie, la joie, l'amour, l'unité. En ceci est la Vérité.

    La Grâce est aussi vue comme la Source fraiche, pure et intarissable de l'Être, de la Vie.

  • Gratitude

    L'esprit adopte naturellement une attitude de gratitude dans la félicité. C'est l'état spontané du Contentement parfait. Tout est là, rien ne manque, la joie est totale alors le Merci jaillit dans une apothéose.

  • Guérison

    Nous pensons presque toujours à la guérison des maladies du corps. Rien de cela n'est réel. Ce qui est réel est l'esprit. La maladie prend donc sa source dans l'esprit, dans l'esprit malade. 

    L'esprit malade est l'esprit qui reste emprisonné dans sa propre certitude d'être séparé : séparé des "autres", séparé de Dieu, séparé de son bien, faible et limité.

    L'esprit sain reconnait en lui-même la présence de l'Esprit Saint, Qui est notre vraie nature.

    Pour guérir l'esprit malade reconnaissons et donnons la direction au Saint-Esprit. Pardonnons aux apparences, à nous-mêmes et aux illusions. Ainsi la gérison de l'esprit peut se réaliser par simple retour à la perception juste. La guérison du corps s'en suivra, si nous pouvons le croire sans peur.

  • Impermanence

      

    Dans les pratiques du Mahamoudra, la mort et l'impermanence sont le sujet de la deuxième méditation.

    "Deuxièmement, ce monde et tout ce qu'il contient est transitoire
    Tout particulièrement la vie des êtres est aussi fragile qu'une bulle
    L'instant de notre mort est imprévisible et, lorsqu'elle survient, nous ne sommes plus qu'un cadavre
    Puisque c'est le dharma qui nous est bénéfique alors pratiquons-le avec ardeur."

     

  • Infinitude

    Le premier attribut qui nous vient à l’esprit est bien  l’absence de limites, l’infinitude. Dieu ne peut être limité par quelque conception intellectuelle que ce soit. Il est tout en tout, comme nous l’exprimons souvent. Il n’est extérieur à rien qui se puisse imaginer. Où que nous portions notre regard, où que nous posions notre pensée, Dieu est. Voilà la première idée que nous nous faisons de Dieu, notre Père.

    Tout ce que nous pouvons concevoir de Dieu, notre Père, découle de cette vision : l’absence de limites.

    Tout d’abord, comprenons que ce qui est infini ne peut être qu’Un, car supposer qu’il puisse y avoir place pour deux introduirait une limite pour chacun des deux, là où est l’autre. Or l’infini ne peut être limité car il est par définition sans limite. Donc on peut dire sans erreur que l’infini est l’unité absolue. C’est ainsi que Dieu est appelé l’Unique : « moi et mon Père nous sommes un », comme nous le dit Jésus et comme nous sommes invités à le faire sans peur.

    Bien plus, le passage à l’infini transcende tous les qualificatifs, car la finitude et l’infinitude sont incommensurables. Dans l’infini il ne peut y avoir que complétude, épanouissement sans fin, élévation constante, expansion dynamique...Le manque, le mal et la limitation, que nous ressentons dans notre vie terrestre, n’y ont pas de place. 

    Lien avec les attributs de Dieu (à créer)

  • Innocence versus Culpabilité

    On nous a inculqué notre "culpabilité" depuis notre tendre enfance, avec la notion de péché et tout particulièrement le "péché originel".

    L'idée initiale qui a sous-tendu ces notions reposait sur la notion d'erreur (peccare = manquer son but) et non sur la notion de culpabilité et donc de condamnation. Mais dans les église primitives régnaient les vieux concepts d'un dieu vengeur dont il fallait se garder en "filant droit". Il faut confesser ses péchés pour retrouver un droit à être entendu de dieu.

    Qui peut croire cela en réfléchissant un peu. Comment un Dieu de pur Amour peut-il juger ses enfants et envisager de les condamner alors qu'Il les a créés à son image et selon sa ressemblance, c'est-à-dire pur amour comme Lui ? Rien de cela n'est logique, or Dieu qui est tout en tout est Intelligence et donc logique. La raison a sa place en Dieu. Les contradictions des vieux dogmes nous font comprende que notre regard doit changer.

    La Réalité des esprits est l'Innocence, l'apparente incarnation dans le monde n'est qu'une illusion où nous pouvons apprendre qui nous sommes vraiment, Le Fils de Dieu, comme l'évangile le dit mais que l'on n'accepte pas littéralement. Or, c'est la Vérité : "Je suis en vous et vous êtes en moi, je suis en Mon Père et le Père est en moi." Il faut méditer ces paroles et ne pas les prendre pour des approximations.

    Le Fils éternel de Dieu est non coupable et cela nous concerne tous. Car ensemble nous sommes le Fils éternel de Dieu. 

  • Instant Saint

    Ainsi est nommé le Présent.

    Le passé n'est pas là, sauf lorsque nous le réactualisons par les pensées de nos "expériences antérieures". Le futur n'est pas déterminé, sauf par nos projections émises par notre volonté égotique et mentale.

    L'Instant Saint est possible à vivre en laissant le Saint-Esprit en prendre la direction, car Lui Seul sait quoi entreprendre. 

    Leçons 361 à 365 du Livre d'exercices du Cours : "Cet Instant Saint, je voudrais Te le donner. Soit en charge. Car je voudrais Te suivre, certain que Ta direction me donne la paix." 

     

                                                      Un en Christ copie.jpg

     

     

  • Jésus

    Notre frère aîné. "Ce que je fais vous le ferez aussi et plus encore". Jésus a pris conscience de la Vérité au point qu'en lui il ne reste rien de l'égo et que seul le Pur Esprit, le Saint-Esprit, y réside.

    Ainsi il a fait la jonction avec Dieu, s'unissant à LUI dans l'Éternité.

    Ainsi, comme on le dit : Il a vaincu la mort

                                                PICT2784 copie.JPG

     

                                                    Icône du Christ en Gloire

     

     

  • Joie

    La Joie sans objet est l'unique réalité de la joie. Elle se contente d'elle-même, reposant sur la profonde connaissance d'être une, au sein de l'Unité. Sa manifestation dans notre monde incarné est le sourire (Cf. Sourire de l'Ange)

     

    AFBzz.jpeg

    Bouddha chinois symbole de joie et d'abondance

  • Krisna

    Le fait le plus connu est son rôle de guide auprès d'Arjuna dans la guerre qui l'oppose à ses cousins. Il participe aux côtés d'Arjuna et des Pândava à la grande bataille de Kurukshetra évoquée dans le Mahâbhârata (dans lequel la Bhagavad-Gîtâ décrit l'enseignement de Krishna), puis sa sœur Subhadrâ épouse Arjuna.

     

    zd3MS.jpeg                    Krishna ravissant l'âme (bois de Santal) 

     

     

  • Lâcher-prise

     

    Le lâcher-prise est nécessaire pour assimiler l'apprentissage. Le bouddhisme parle de non-saisir. Les Accords Toltèques appelle cela "ne rien s'approprier".

    Il s'agit de ne pas s'identifier avec le ressenti face à une situation qui apparaît dans le monde.

  • Liberté

    Dans notre monde confiné dans ses propres limites illusoires, la liberté de l'individu semble s'arrêter à celle de l'autre.

    Mais c'est un leurre.

    Dans la Vie en Dieu, notre réalité illimitée de quelque façon que ce soit, la liberté de chacun commence où commence celle de tous.

    Réfléchissez-y bien : comment puis-je être libre si mon frère - avec qui je ne fais qu'un - n'est pas libre ?

  • Lois spirituelles

    Les lois de la spiritualité, que l'on appelait autrefois les lois de la métaphysique, sont aussi imparables que les lois de la physique. Ceci semble être une provocation, mais en fait nous pouvons en faire l'expérience à tout moment. Ne pas respecter les lois de l'Esprit comporte les mêmes conséquences que le non respect des lois de la physique. Si vous négligez les effet de la loi de gravitation, il est certain que vous tomberez de haut et mal. Eh ! bien, si vous négligez la loi de rétribution (donner et recevoir) vous en vivrez les effets et vous tomberez de haut et mal. Si vous négligez la loi de la foi ("Il vous sera fait selon votre foi") en croyant n'importe quoi, par exemple que vous êtes un corps faible, malade et mortel, vous en vivrez les effets et vous ferez mal. Si vous utilisez la loi de la foi pour réaffirmer que vous êtes le Fils non-coupable, aimant et uni à vos frères, alors vous en vivrez les effets avec la plénitude, la joie et l'accomplissement personnel, dans le bien de tous.

    Souvent on entend dire que ces lois sont une utopie car on ne les observe pas comme les lois de la physique. Quelle étrange considération ! Car ceux qui disent une telle chose n'ont jamais fait l'effort de prendre connaissance des lois de la spiritualité. Ce faisant ils ne les perçoivent pas et donc en concluent qu'elles n'existent pas. Mais c'est une faiblesse de l'esprit rationnel de s'en tenir là. Comme toutes les lois il est possible de les expérimenter. Mais il faut le vouloir et accepter de ne juger qu'après l'expérience (il semble bien que ce soit là le fondement même de la méthode scientifique). La principale difficulté réside dans le fait que l'expérience spirituelle est individuelle, en apparence. Cependant si l'on est un fin observateur les effets induits par le bon usage des lois deviennent visibles de tous, comme l'histoire de l'humanité nous l'a montré.

    Essayons donc et nous verrons bien.

    La Loi de Dieu.jpeg

     

     

     

  • Louange

    Louer c'est rendre grâce, reconnaître la Beauté, la Grandeur, la Perfection.

    Par la louange vous provoquez une réaction de gratitude et d'épanouissement. Observez un enfant que vous félicitez parce qu'il a accompli un progrès important, il s'épanouit et son visage rayonne. Voilà le pouvoir de la louange : libérer en chacun une vision positive de soi, une ouverture du coeur. Faites-le avec un chien par exemple et vous voyez le chien sauter de joie. Le chien est un excellent marqueur des sentiments sans calcul.

  • Lumière

    Dieu est la Lumière qui révèle toutes choses, la Vérité en soi, l'unique Réalité. En Dieu aucune ténèbre, rien n'est voilé ou caché. Tout est révélé.

    L'Éternel est ma Lumière et mon salut, de qui aurais-je crainte ? L'Éternel est le soutien de ma vie, de qui aurai-je peur ? Le Psaume 27 de David commence ainsi. Il nous redit que la Lumière de la Vérité - Dieu - ôte toute peur car Elle éclaire le chemin, où nulle ombre ne peut plus nous terrifier.

    Nous le disons souvent : "faire la lumière" sur quelque chose. C'est rétablir la vérité.

  • mal

    L'apparence du mal résulte de l'illusion du manque qui suit toujours l'illusion de la séparation. Ce qui est au-delà de la limite apparente paraît manquer, puis paraît menaçant et la peur s'installe créant le "besoin" de défenses renforcées. Le mal semble de plus en plus tangible, alors même qu'il n'existe que dans l'imagination malade de l'esprit endormi dans le rêve de séparation.

    La sortie de cette perception ne peut être entreprise qu'en corrigeant ce cauchemar si réel dans le rêve : seul, c'est impossible en l'état, mais par la Prière, qui rappelle qui nous sommes réellement, cette sortie devient possible. Il sufit qu'une décision soit prise et que la persévérance soit comprise comme le pendant de la décision initiale.

  • Mantra

    Un mantra est, dans l'hindouisme, le bouddhisme, le sikhisme et le jaïnisme, une formule condensée, formée d'une seule syllabe ou d'une série de syllabes, répétée sans cesse avec un certain rythme, dans un exercice de méditation ou à des fins religieuses.

  • Marie

     

    Marie

    Immaculée conception.jpg

    Symbole de l'immaculée conception : la renaissance à l'innocence réelle des enfants de Dieu.

     

    "Le masculin a fourni la manifestation, ou l'effet de la cause créée par la féminin dans l'immaculée conception. Ma mère, Marie, était responsable de l'incarnation du Christ en moi, tout comme je suis responsable de l'incarnation du Christ en toi. L'union du masculin et du féminin est simplement l'union des parties de toi-même exprimée sous une forme et dans une histoire, exprimée autrement dit dans un monde visuel qui t'aide à comprendre l'invisible.

    C'est une autre démonstration de l'union qui te ramène à ton état naturel. C'est une autre démonstration du fait que cause et effet ne font qu'un en vérité. C'est une autre démonstration de ce qui doit maintenant se produire, en cette époque, afin que la vérité de la résurrection soit révélée et vécue."

    Un traité sur l'art de la pensée. Premier traité Ch. 8 Incarnation et résurrection. p251

     

     

  • Méditation

    Forme supérieure de prière, au-delà de la récitation d'un mantra. Elle est la porte d'entrée vers la Communion avec l'Esprit.

    Le contact est pris, dans cet état méditatif, avec la réalité de qui nous sommes vraiment : le Pur Esprit, le Saint-Esprit qui réside en nous, en chacun de nous. La pensée discursive s'efface progressivement pour laisser la place à une paix intérieure nouvelle où l'accueil de ce qui est devient possible et souhaité, et enfin aimé.

    Alors le regard sur le monde change pour le voir tel qu'il est, c'est-à-dire projection de pensées maladives de peur et de haine, qui n'ont pas de place au Ciel.

  • Miracle

    Les miracles, en tant qu'expressions d'amour, se produisent naturellement. Le vrai miracle est l'amour qui les inspire. En ce sens tout ce qui vient de l'amour est un miracle.

    Tous les miracles signifient la vie, et Dieu est le Donneur de vie. Sa Voix te dirigera très concrètement. Elle te dira tout ce que tu as besoin de savoir.

    Les miracles sont des habitudes et devraient être involontaires. Ils ne devraient pas être sous un contrôle conscient. Des miracles choisis consciemment peuvent être mal dirigés.

    Les miracles sont naturels. C'est lorsqu'ils ne se produisent pas que quelque chose ne va pas. 

    UCEM  Les 50 principes des miracles.

     

    220px-Mirakelbild.jpg

     

    Iconographie chrétienne du miracle à l''abbaye de Notre-Dame-de-la-Pierre (1543).

     

  • Monde

    Le monde est la projection hors de notre esprit, apparemment limité, pour extérioriser la culpabilité de la séparation que nous rêvons vivre.

    Le monde est notre mal-création, reposant sur une "folle petite idée" que nous pouvons être "hors de Dieu". Dieu étant tout en tout, il est absurde de penser que nous pouvons de quelque manière que ce soit être séparés de Dieu. Mais nous pouvons le rêver et c'est là que le monde apparaît dans notre esprit "séparé", l'égo.

  • Mort

    Le monde de l'illusion est un monde de séparation qui comporte une limitation dans tous les domaines : limitation spatiale, limitation temporalle. Cette dernière se manifeste par ce que nous appelons la mort, comme ultime expression de la limite dans le temps. 

    Comme le Cours le dit, "De mort, il n'y en a pas". Elle est du domaine de l'illusion. L'Esprit, Lui, est immortel et Éternel.

  • Nom

     

    Du latin nomen, le nom.

    Cette racine dérive des autres langues plus anciennes, grec, hébreux...

    Le noumène est la réalité intemporelle, indéfinissable ; telle qu'elle est, on peut au mieux la percevoir, sans jamais pouvoir la décrire avec des mots ou la cerner à l'aide de concepts.

    Par opposition, les phénomènes (phé-noumène) sont les choses qui se manifestent à nous, telles qu'elles se manifestent, le "contenu" de l'expérience : matériels ou immatériels , ils ont un début et une fin, ils sont définissables. En hébreux le Phé exprime une extériorisation.

    En fait le "nom", dans son acception la plus profonde, est la dédicace, qui dit quelle est la loi de l'être ainsi nommé.

    C'est pourquoi il est dit que Dieu est "inommable", aucun nom ne saurait le contenir, l'englober, en donner la nature.

    C'est pourquoi aussi la Génèse dit que l'homme nomma toutes les créatures (Genèse 1, 2, 11,19-20)

  • Non culpabilité

     

    Autrement dit l'innocence absolu du Fils de Dieu, selon la volonté du Père. La culpabilité n'est qu'une illusion résultant de la projection de la peur suite à l'apparente "séparation" du Fils d'avec son Père.

  • Non dualité

    La Vérité nous enseigne la Non-Dualité.

    Ceci exprime que deux opposés n'ont pas de place dans l'Unique Réalité, Dieu.

    Là où est la peur, l'amour n'est pas.

    Là où est la séparation, l'Unité n'est pas.

    Là où est la forme, l'Esprit n'est pas.

    Là où est la Lumière, les ténèbres ne sont pas.

    Là où est le Bien, le mal n'a pas de place.

    Là où est la Vie, la mort n'est pas.

    Dans l'Unique Réalité, seul ce qui n'a pas de limite est. Les limites induisent la séparation, la peur, la forme, l'obscurité et la mort. L'Unique Réalité est l'Amour, la Vie, l'Unité, la Lumière et le Bien parfait.

    L'enseignement du Maître de Nazareth était entièrement non-dual. Il l'est toujours malgré ce que les églises ont tenté de professer. "Un Cours en Miracles" nous présente à nouveau pour notre temps l'enseignement du Maître dans sa pureté originelle. Et il rappelle que la seule réalité est illimitée donc parfaite, vivante, lumineuse, une et aimante.

  • Non-jugement

     

    Le non-jugement est la clé d'entrée dans le pur esprit. Il conduit à l'acceptation de ce qui apparaît, sans projection de bien ou de mal. Ainsi l'Amour peut entrer puisque la liberté d'être, simplement, est offerte à ce qui vient. Et tout est dit : pas de culpabilité, pas de peur, pas de différence, pas de d'attente...

    Que c'est simple !

    Pas facile, car la vigilance est l'outil. Rappelle-toi : "Ne sois vigilant que pour Dieu", nous dit le Cours.

    "Garde ton coeur plus que tout, car en lui sont les sources de la Vie. Tu es la sentinelle à la porte de ton coeur, et cette sentinelle n'est jamais relevée."

  • Ontologie

                                                             

     

     

     

     

    Ontologie

     

     

    La science de l'Être.

    La connaissance de l'être en Soi.

     

     

    Autrefois appelée Métaphysique, à l'origine de la prière scientifique, enseignée par les ontologues, de la fin du 19ième siècle au 20ième siècle.

     

     

     

     EQQYy.jpeg

    L'aura

  • Paix

    L'absence de question, l'absence de différence, l'absence de niveau, l'absence de jugement... Simplement l'Unité et la Totalité sans séparation avec quoi que ce soit. Pas de changement, pas de passage, seule l'Êtreté, pure et complète.

     

    Transfiguration.jpg

  • Pardon

     

    Le Vrai Pardon a peu à voir avec le pardon proposé par les églises. Le pardon habituel affirme que l'offense a bien eu lieu et que dans notre grandeur d'âme nous acceptons de ne pas tenir rigueur à l'offenseur. Cette attitude donne "corps" à l'offense et à la culpabilité de l'offenseur. Cela n'a rien à voir avec le Vrai Pardon.

    Le Vrai Pardon dit que l'offense n'est que dans l'esprit de l'offensé, mais qu'il n'y a jamais eu réellement d'offense. Il s'agit juste d'une perception erronée, projection de notre propre mal-être à l'extérieur de nous-même. Cette projection illusoire est impossible car les pensées ne quittent jamais leur source, notre esprit. 

    Le Vrai Pardon propose de se pardonner la pensée d'offense, de pardonner à la situation qui a paru se produire et de pardonner à l'offenseur supposé, en reconnaissant son innocence parfaite. 

  • Perfection

    Dieu infini ne peut être que Perfection.

    L'imperfection est vécue comme une limitation, puisqu'il est possible d'imaginer quelque chose de mieux. Si le "mieux" n'était pas compris dans l'infini c'est qu'il y aurait quelque chose au delà de l'infini. Or tout est inclu dans l'infini qui est UN.

    L'Esprit infini ne peut être que perfection, puisque par nature il n'y a rien entre perfection et imperfection qui sont exclusives l'une de l'autre.

     

  • Persévérance

    La Prière qui nous ramène dans la "direction" du retour à Dieu, retour à notre Source Unique, doit être entreprise avec continuité pour défaire l'illusion hypnotique de l'égo.

    La persévérance est Le moyen nécessaire pour défaire l'égo sans le prendre de front. Le prendre de front avec notre simple volonté mentale le renforce au lieu de le défaire. La Prière, la Vraie Prière, doit être pratiquée avec une persévérance, une constance et une détermination de plus en plus permanentes. 

    L'application de notre volonté ne peut se faire avec efficacité qu'à ce niveau : l'appliquer sur un résultat attendu (l'effet comme il est dit dans UCEM) est une nouvelle erreur ; par contre, l'appliquer au niveau du choix de notre esprit (écouter l'égo ou écouter le Saint-Esprit, notre véritable intuition) est normal car nous mettons en oeuvre notre libre arbitre.

    La persévérance est une décision à prendre puis à pratiquer.

  • Peur

     

     

    La conséquence de la pensée de séparation d'avec notre Source.

  • Plénitude

    La plénitude et la complétude sont les états naturels de l'esprit qui a rejoint sa Source. Rien ne manque. C'est l'état de béatitude, le Nirvana où la Joie est permanente, sans objet autre que la contemplation de Je Suis.

  • Présent

    La seule réalité.

    Le passé n'est pas là, il n'a pas d'effet sur le moment présent si nous ne le réactualisons pas par le jeu de notre mémoire. Aucune conséquence du "passé" ne peut apparaître dans l'instant présent sans notre accord, par la médiation de notre "mémoire" des expériences éprouvées. Ainsi l'instant présent peut être vécu comme "tout neuf", sans tache déposée par les préjugés, les jugements basés sur ces fameuses expériences "antérieures". La Physique Quantique nous pousse dans cette direction montrant que l'instant d'observation est neutre jusqu'à ce que l'observateur observe et influence la situation. Autrement dit ce que nous observons est projeté par notre esprit au moyen de nos pensées.

    De même le futur n'est pas là, bien que nous nous y projetions sans cesse pour tenter de faire apparaître ce que nous voulons.

    Le présent est l'unique réalité dans laquelle nous pouvons choisir (à nouveau) quelle voie nous allons prendre, à l'écoute de la Voix intérieure du Saint-Esprit ou la voix beuglante de l'égo.

  • Prière

    La Prière est la clé d'entrée dans le monde sprituel.

    Nous connaissons tous la prière de demande que nous sommes tentés de dire lorsque les choses semblent mal aller. Ce n'est pas la vraie prière, car elle affirme indirectement que le manque est réel, que la souffrance nous assaille. Elle peut cependant être suivie de résultats, en particulier lorsque l'émotion est vive.

    La vraie Prière, porteuse de la puissance de la Vérité, consiste à affirmer et à réaffirmer la réalité de qui nous sommes : les enfants de Dieu créés à l'image et selon la ressemblance du Père. Nous y réaffirmons notre innocence primordiale, notre pureté originelle et notre puissance d'Amour éternel. Là aussi l'"efficacité" de la prière est liée à l'émotion du coeur qui adhère à ce qu'elle dit. Sinon, l'effet "perroquet" n'est pas vraiment suffisant, sauf en ce qu'il introduit un automatisme qui un jour peut conduire à une prise de conscience.

    Toutes les religions utilisent la prière qui "aligne" notre esprit en direction de la divinité en nous.

    La plus puissante prière actuelle est la "Prière au Saint-Esprit" que nous trouvons dans la leçon 365 du Livre pour Étudiants du Cours en Miracles

  • Prière scientifique

    Les lois de la Spiritualité sont aussi intangibles que les lois de la physique. Lorsqu'on connaît ces lois et qu'on les applique, alors le résultat est certain. Pas du bout des lèvres, mais dans la profondeur du coeur.

    La prière "scientifique" repose sur la connaissance des lois de l'esprit.

    Comme en physique, l'expérience nous prouve la validité des lois. La seule difficulté est que l'expérience en métaphysique est individuelle et intérieure. C'est ce qui les a fait disqualifier par le mental soi-disant cartésien. Mais, comme en science, dans la vie de l'esprit l'expérience est essentielle.

    Quelle différence y a-t-il entre l'expérience de Mère Theresa et l'expérience qui montre l'existence du bozon de Higgs ? Elle est claire : l'expérience de Mère Teresa est plus évidente aux yeux de l'humanité que celle du bozon de Higgs qui n'est compréhensible que par un minuscule aréopage de spécialistes très affutés. Où est la foi dans ces occurences ? Bien malin celui qui peut l'affirmer sans interrogation.

  • Pur Soi

    La Réalité de l'Être.

  • Réalité

    Dans la non-dualité le Pur Esprit, Dieu, est l'Unique Réalité. Le monde apparent dans lequel nous percevons notre vie n'est qu'illusion, issue de la pensée de séparation d'avec Dieu.

    Notre vraie nature est Esprit, à jamais pur et parfait comme notre Créateur qui est l'Unique Réalité. La Prière est l'attitude qui permet le retour à la vision de la Réalité, en écartant progressivement (dans le temps) la perception du monde limité et apeurant.

  • Réincarnation

    "La réincarnation je n'y crois pas, mais j'y ai cru dans une autre vie !" (Boutade de Gary Renard dans Votre réalité immortelle.)

  • Répétition

    Pour circonvenir l'égo récalcitrant, la répétition est un moyen d'apprentissage efficace. Progressivement comme l'eau polit les galets, la répétition pénètre notre inconscient et introduit dans notre esprit les réflexes de la pensée juste : pardon, amour, bienveillance, bonne volonté...

    La Vérité doit être répétée dans le temps pour qu'elle s'enracine dans l'inconscient. Donc n'ayons pas peur, ni honte, ni culpabilité à accepter de répéter inlassablement  nos prières, nos leçons, nos expériences jusqu'à ce que cela soit acquis.

  • Rêve

    Le monde de l'illusion dans lequel nous semblons vivre, n'est qu'un rêve résultant de la "folle petite idée" que nous sommes séparés de Dieu. Le Cours a pour but de nous réveiller en douceur, sans que nous prenions peur, de ce rêve qui est plutôt un cauchemar. L'enfer est dans ce rêve et nulle part ailleurs.

  • Saint-Esprit

     

    "Le Saint-Esprit est décrit tout le long du cours comme Celui Qui nous donne la réponse à la séparation et nous apporte le plan de l'Expiation, établissant le rôle particulier que nous y jouons et nous montrant exactement ce qu'il est. Il a établi Jésus comme meneur dans l'exécution de Son plan puisqu'il fut le premier à compléter parfaitement son propre rôle. Tout pouvoir dans le Ciel et sur la terre lui est donc donné, et il le partagera avec toi quand tu auras rempli le tien."

    UCEM Explicitation des termes. 

     P1000458a.JPG

  • Sainteté

    La sainteté est l'état de pureté et de perfection qui résulte de Dieu. Lorsque nous reconnaissons notre filiation divine dans la totalité de notre être, alors nous sommes en état de sainteté. Alors notre regard sur le monde apparent devient un regard de non-jugement, totalement sans jugement. Un regard de pardon, du vrai pardon qui reconnaît qu'il n'y a jamais d'offense ni d'attaque, deux considérations que n'existent que dans le rêve illusoire, mais n'ont pas de place dans la Création réelle qui est notre vraie nature.

    "Notre sainteté est la Tienne, que peut-il y avoir en nous qui ait besoin de pardon quand la Tienne est parfaite ?"

    Dans la réalité de notre être nous sommes saints comme notre "Père". Dans l'étrange pensée de séparation de notre Source qui occupe notre mental, nous "sommes petits et vulnérables". Quelle blague !

  • Salut

    Le Salut est ce qui sauve.

    De quoi ? De l'illusion...

    Le véritable salut consiste à renverser le regard que nous portons sur le monde et sur nous-mêmes. À sortir de la culpabilité.

    Le Cours appelle cela l'Expiation, c'est-à-dire la reconnaissance de l'erreur et le choix de la correction de cette erreur.

    Quand tu te rends compte que toute culpabilité est uniquement une invention de ton esprit, tu te rends compte aussi que la culpabilité et le salut doivent être au même endroit. En comprenant cela, tu es sauvé.

    "L'Éternel est ma Lumière et mon Salut ". Psaume 27 de David.

  • Soi

    Le Soi. Dans l'acception d'UCEM, le Soi est l'esprit uni à la divinité sans aucune pensée de séparation. Il s'agit de notre véritable nature par opposé à l'égo, le "petit moi" qui se voit limité et fragile, en danger et qui tente de remplacer Dieu !

    Le véritable Soi est sans limite ni condition, il est comme son Père, Tout Puissant, uni à Lui en tout. Il est donc aussi Un. Le Fils de Dieu est Un, en apparence fragmenté en d'innombrables individualités.

  • Source

     

     

    La Source... 

    "Dieu est ma Source. Je ne peux pas voir à part de Lui". (Leçon 43 du livre pour étudiants UCEM)

    Dieu est la Cause première, source de toute chose, en dehors de Qui il n'est rien.

    La relation de causalité n'existe pas dans le monde apparent des illusions, malgré ce que nous croyons avec nos perceptions fausses. La causalité va de l'esprit vers la manifestation. L'esprit est toujours la source des choses. La Cause Première est Dieu, Unique et Absolue. Tout comme notre Source, nous sommes esprits créateurs, source des événements que nous pensons vivre.

     

  • Tonglen

    Une autre façon de pratiquer le vrai pardon. Voir l'article Tonglen.

  • Toute puissance

     

    L'Esprit infini est naturellement tout puissant. Toute impuissance est une limitation exclue dans l'infinitude que rien ne limite, dans quelque domaine que ce soit.

  • Unité

    L'esprit humain cherche, à travers ses expériences dans le monde incarné des illusions, à retrouver son unité dans l'Unité de Dieu. Dieu est, par nature de ce que nous concevons, l'Unité Parfaite, en dehors de quoi il n'est rien. Nous n'avons jamais réellement quitté cette unité, mais nous l'avons imaginé et notre recherche constante est de retourner à cette unité, notre Source.

    La Prière qui nous plonge dans la réalité de l'Unité, suivant une approche volontaire, puis une adhésion spontanée du coeur, jusqu'à l'identification à notre Ultime Réalité, est la Voie vers la fusion dans l'Être Pur et la Félicité Absolue.

    Ainsi Tout est dans la Seule Expérience. Et cette Seule Expérience nous montre l'Amour, la Force de Cohésion de l'Unité. L'Expérience absolue : le Ravissement

  • Vérité

    Dieu est Vérité. Il est la Vérité en soi, où nul mensonge ne peut être, ce que nous pourrions appeler l'Unique Réalité.

  • Vie

    Dieu est la Vie, la joyeuse expression de l'Être. La vie effervescente, foisonnante, bourgeonnante, "le plus et le nouveau", l'extension dynamique de l'être. La vie se donne et ne prend pas.

  • Volonté

    Nous l’avons vu, la volonté de la personnalité de l’homme conduit inéluctablement à une catastrophe si elle n’est pas éclairée par la Conscience Unique. Il s’agit là d’avoir une claire vision de la Vérité de l’être ; d’être conscient de la réalité de la Vie. Voila pourquoi dans la prière au Père, Il nous demande de faire la volonté du Père qui vit en nous, du Père qui est Amour, Bonté, Plénitude, Paix et Joie et qui est aussi, bien sûr, Toute Puissance. 

    Pour accomplir cela, l’homme manifesté, qui dispose de sa propre faculté volitive, à l’image de son Père, doit mettre en œuvre cette faculté dans le sens même de celle du Créateur, puisque Il est la perfection sans limite, ni contrainte. Toute autre volonté ne peut être que limitée ou contrainte et donc imparfaite. Toute autre volonté ne peut conduire qu’à une impasse car elle s’écartera inéluctablement de la nécessaire perfection qui doit régir les actes. 

    C'est pourquoi, nous disons : "Que la Volonté de Dieu soit faite dans ma vie. Et je joins ma volonté à Celle de Dieu, car seule la Volonté de Dieu est Pleine et Entière, Vraie et Juste, Puissante et Aimante, Joyeuse et Lumineuse, et Libre."

    Dans la vie de tout les jours nous sommes tentés d'appliquer notre volonté dans les actions qui nous paraissent nécessaires pour atteindre un objectifs visés. Mais, en fait, notre volonté ne peut valablement être appliquée que pour lâcher prise de l'idée que nous ayons quoi que ce soit à "faire". Notre volonté ne peut jouer que pour accepter de laisser le Saint-Esprit oeuvrer à travers nous : "Cet instant saint, je voudrais Te le donner. Sois en charge, car je voudrais Te suivre, certain que Ta direction ma donne la Paix".