Association 14

Avril 2020

 

Le confinement actuel, qui semble nous atteindre, notre frustration et notre sentiment d'isolement nous poussent à exprimer le désir de s'opposer aux actions qui veulent nous restreindre, nous contraindre et nous éteindre, dans notre expérience d'incarnation.

La tentation est grande de partir dans cette voie d'opposition qui paraît parfaitement légitime. Et dans notre expérience d'incarnation nous souhaiterions pouvoir dire ce que nous pensons nécessaire d'exprimer :

 

"Mesdames, messieurs, qui gouvernez contre le peuple de votre propre pays, alors que votre devoir est d'en être l'émanation, nous allons vous faire la guerre, nous allons vous bombarder de bombes irrésistibles. Des bombes que vous ne pouvez pas prévoir, car elles sont hors de votre champ de vision. Elles vous laisseront désarmés et nus dans la lumière de la Vérité.

Nous allons vous bombarder de la solidarité retrouvée qui nous unis les uns et les autres, de notre bienveillance pour les êtres, de nos partages altruistes, de notre volonté d'être libres et de vivre selon nos espoirs et nos besoins, pour tout dire de notre amour collectif pour la vie, la vie qui nous anime tous, du "plus petit" au "plus fort".

Rien ne résiste à cet armement tout puissant. Il agit dans la lumière. Cette lumière dissipe l'ombre où se réfugient les mensonges, les hypocrisies, les manipulations, tout ce qui engendre les peurs... comme la bougie dissipe les ténèbres qui ne savent pas résister.

Merci à vous messieurs d'avoir déclenché cette "guerre" qui nous détermine à réveiller notre véritable nature d'êtres humains dignes et à refuser l'esclavage que vous tentez de créer. 

Merci mesdames et messieurs de vous démasquer ainsi, en pleine lumière. Vous pensiez secrètement avoir l'humanité à votre botte, comme cela a déjà été tenté naguère.

Comme l'exprimait Pierre Teilhard de Chardin, si l'humanité perdait l'espoir elle ferait immédiatement grève et vous resteriez seuls sur un tas de cendres. Qu'avez-vous fait de votre coeur ? Une fortune immense, fut-elle évaluée en milliers de milliards, reste insignifiante face à la force vitale... et qu'est-elle au moment de la mort qui nous ramène à la réalité de notre être, un pur esprit immortel et lumineux ?

Faut-il être endormi et oublieux pour imaginer un tel scénario! L'ego tourne à plein régime ici.

Bien entendu, comme vous le découvrirez nécessairement, cela ne peut arriver car le Souffle de Vie est irrésistible, ne vous en déplaise !"

 

Voilà ce que nous sommes tenté de dire. Et ces paroles paraissent légitimes, ce qu'elles sont d'une certaine façon.

Mais, ce faisant, comprenons que nous donnons ainsi corps à ce que nous souhaitons dénoncer, nous lui donnons du pouvoir, alors que notre esprit reste libre en vérité au-delà de toute apparence.

Dans Un Cours en Miracle, notre Frère aîné, Christ manifesté, nous rappelle dans la leçon 31 : "Je ne suis pas la victime du monde que je vois", que nous ne sommes victimes que des pensées que nous nourrissons et que nous nous libérerons du monde "extérieur" en nous libérant des pensées du monde "intérieur".

Ce que nous ressentons comme extérieur est en réalité une projection de notre mental. Ceci nous est rappelé dans la leçon 32 : " J'ai inventé le monde que je vois".

Puis leçon 33 : " Il y a une autre façon de regarder le monde". Il nous dit : "Souviens-toi d'appliquer l'idée d'aujourd'hui dès l'instant que tu es conscient d'un bouleversement"

Ainsi prenons conscience que les actions que nous pensons devoir entreprendre dans "le monde", aussi justes qu'elles nous paraissent être, ne sont que des pensées vécues à l'intérieur de notre esprit endormi dans un rêve de séparation de notre Source. Entreprenons, oui si nous le souhaitons, mais sans être dupes qu'il ne s'agit que d'expériences intérieures voulues par le désir de notre âme d'expérimenter toutes choses, y compris le contraire de notre véritable nature parfaite et invulnérable.