Association 14

Illusion

Le monde de l'égo et du corps, le monde de la forme. Celui où nous semblons vivre.

Nous sommes dans l’époque de ce qui fut prédit par toutes les cultures, à savoir la fin du monde des illusions. Et durant cette fin d’épisode, tout est exposé en pleine lumière (Révélations), plus rien ne peut être caché.

Le scénario est déjà écrit dans les grandes lignes et rien ne changera ce qui va se produire, à savoir la fin des illusions sur ce monde ainsi que sur ce que nous sommes.

Q dit : “Enjoy the show”, ou “sortez les popcorns”.

Car oui c’est une pièce de théâtre. Un film. Une Projection holographique. Maya. La Matrice. Rien a voir avec la Réalité, laquelle est réelle, donc immuable.

Tous les être réveillés au Soi ont dit aux rêveurs (qui se croient humains) : “Restes tranquilles, et découvres ce que tu es, et qui est immuable”, ainsi que : “Ce monde n’est rien d’autre qu’un rêve” ou encore : “Tout est Amour”.

Dans tous les cas, dans ce rêve au niveau collectif, la tempête est déjà là et ne va faire qu’augmenter dans les mois à venir, et pour la passer, deux solutions : soit vous êtes “le personnage” et donc sur les bords (polarité), soit vous êtes “rien” et donc au centre de l’œil du cyclone, immobile, en paix et sans jugement sur ce qu’est ce monde et ce qui s’y passe, et dans les deux cas le film va se passer comme il doit se passer et vous n’y changerez rien.

Le choix du siège d’observation est notre seul et unique choix... depuis la Réalité… ou depuis l’illusion du personnage.

Dans le siège du personnage, il y a une illusion d’une multitude de choix.
Depuis le siège de “rien”, “ici et maintenant”, tout est Amour, il n’y a aucun autre choix que celui de l’Amour. Lequel est toujours perfection absolue. Et acceptation que tout est parfait, ici et maintenant. Rien de Réel ne peut être menacé, et rien d’irréel n’existe. Seules les illusions peuvent être attaquées et elles s’attaquent entre elles pour aider les rêveurs à se réveiller. Donc tout est parfait.

Pour le port des masques obligatoires par exemple, soit vous rentrez en rébellion (polarité), soit vous acceptez pleinement que cette folie se déroule, et que vous l’acceptiez ou non de toute façon, elle se déroule, vous mettez le masque ou pas en fonction des situations, en attendant que cette folie passe comme elle passera de toutes façons.

Ce qui doit se passer se passe. Pareil pour tout le reste.

L’important est de rester lucide et donc au centre du centre, l’amour, le vide, et d’observer ce film qui passe sur l’écran de la Conscience que vous êtes et qui n’est ni affecté par ce monde, ni concerné. Le seul et unique est d’être ce que tu es, et ce que tu es, n’est pas de ce monde ni d’aucun monde projeté dans toute la multidimensionnalité.

Le mieux que tu puisses faire pour aider tes frères et sœurs perdus dans l’illusion de ce monde est de te réveiller toi-même à ce que tu es, et de rayonner La Lumière et l’Amour que tu es, rayonner la Joie et la Paix de ce que tu es et qui ne dépends en rien de ce qui se passe dans tel ou tel monde…

Car avant la création de ce monde holographique faite d’objets qui ne sont en réalité que du vide aussi : Tu es.

La plongée mentale dans le monde des objets et de ce qui s’y passe pour se croire être le personnage limité à une matière imaginaire, est un rêve dont l’esprit se réveille.

Comment ?

“Ce qui est en haut est comme ce qui est en bas,

 le tout pour accomplir le miracle de la chose Une.”
Thoth

Comment on se réveille d’un rêve ?

Réponse : En y projetant un cauchemar.

Le cauchemar est là, apportant aussi l’opportunité de réveil, qui est la Réalisation de ce que tu es, par “la dissolution définitive” de l’illusion de ce que tu croyais être (l’Ego: identification à la forme et aux pensées) : Le passage de “je suis ceci ou cela”, à “Je Suis”. Le passage de “je ressens la vie”, à “Je Suis la Vie”, passage de “je ressens l’amour” à “Je Suis l’Amour”. Complètement impersonnel car totalement dés-identifié à quoi que ce soit. Puis plus de mots, plus rien, un pur état d’être. Incréé. Vide. Et tout à la fois.

On ne peut pas emmener l’illusion dans la réalité. Ni ce corps, ni toutes ces histoires, ni ce monde.

Namaste

Copyright Lumières sur Gaïa

 

 

L'ego est la partie de l'esprit qui croit en la division. Comment une partie de Dieu pourrait-elle s'En détacher sans croire qu'elle L'attaque ? Nous avons dit plus tôt que le problème de l'autorité est fondé sur le concept de l'usurpation du pouvoir de Dieu. L'ego croit que c'est ce que tu as fait parce qu'il croit qu'il est toi. Si tu t'identifies à l'ego, tu dois te percevoir toi-même comme coupable. Chaque fois que tu réponds à ton ego, tu éprouves de la culpabilité et tu as peur d'être puni. L'ego est une pensée pleine de peur, littéralement. Aussi ridicule que puisse être pour un esprit sain l'idée d'attaquer Dieu, n'oublie jamais que l'ego n'est pas sain. Il représente un système délirant, et il parle pour lui. Écouter la voix de l'ego signifie que tu crois qu'il est possible d'attaquer Dieu et qu'il est une partie de Lui que tu Lui as arrachée. S'ensuit la peur d'une riposte venant de l'extérieur, parce que la gravité de la culpabilité est si aiguë qu'elle doit être projetée.

 

Propos sur le bien et le mal.

1- Dialogues avec l'ange. Entretien 17 :

-       "Qui t'as créée ?

-       G. : Dieu, et Son oeuvre est sacrée. Tu n'es pas seulement créature, mais tu participes aussi à Sa force. Tu es ta propre créature. Ainsi juge ! C'est toi qui a appelé le bien et le mal. Choisis le bien et le mal disparaît, car il n'y a personne pour le créer."

 

2- En clair, la dualité n'existe pas, le Bien est absolu car le Réel ne cesse jamais d'exister. "Le mal est relatif à ta vaine imagination qui perçoit dans la "séparation", l'irréel n'a pas d'existence." ("Upanishad", verset 16 du Yoga de la connaissance dans la Bhagavad Gîtâ). Les "Upanisad" sont les textes Védiques parmi les plus anciens de l'humanité actuelle. Ils expriment la même vision du Divin et de la place de l'homme que celle des enseignements de l'ontologie moderne.

 

3- Introduction d'un Cours en Miracles :

"Ce cours peut donc se résumer très simplement de cette façon :

-       Rien de réel ne peut être menacé.

-       Rien d'irréel n'existe.

En cela réside la Paix de Dieu."