Association 14

Illusion

Le monde de l'égo et du corps, le monde de la forme. Celui où nous semblons vivre.

 

 

L'ego est la partie de l'esprit qui croit en la division. Comment une partie de Dieu pourrait-elle s'En détacher sans croire qu'elle L'attaque ? Nous avons dit plus tôt que le problème de l'autorité est fondé sur le concept de l'usurpation du pouvoir de Dieu. L'ego croit que c'est ce que tu as fait parce qu'il croit qu'il est toi. Si tu t'identifies à l'ego, tu dois te percevoir toi-même comme coupable. Chaque fois que tu réponds à ton ego, tu éprouves de la culpabilité et tu as peur d'être puni. L'ego est une pensée pleine de peur, littéralement. Aussi ridicule que puisse être pour un esprit sain l'idée d'attaquer Dieu, n'oublie jamais que l'ego n'est pas sain. Il représente un système délirant, et il parle pour lui. Écouter la voix de l'ego signifie que tu crois qu'il est possible d'attaquer Dieu et qu'il est une partie de Lui que tu Lui as arrachée. S'ensuit la peur d'une riposte venant de l'extérieur, parce que la gravité de la culpabilité est si aiguë qu'elle doit être projetée.

 

Propos sur le bien et le mal.

1- Dialogues avec l'ange. Entretien 17 :

-       "Qui t'as créée ?

-       G. : Dieu, et Son oeuvre est sacrée. Tu n'es pas seulement créature, mais tu participes aussi à Sa force. Tu es ta propre créature. Ainsi juge ! C'est toi qui a appelé le bien et le mal. Choisis le bien et le mal disparaît, car il n'y a personne pour le créer."

 

2- En clair, la dualité n'existe pas, le Bien est absolu car le Réel ne cesse jamais d'exister. "Le mal est relatif à ta vaine imagination qui perçoit dans la "séparation", l'irréel n'a pas d'existence." ("Upanishad", verset 16 du Yoga de la connaissance dans la Bhagavad Gîtâ). Les "Upanisad" sont les textes Védiques parmi les plus anciens de l'humanité actuelle. Ils expriment la même vision du Divin et de la place de l'homme que celle des enseignements de l'ontologie moderne.

 

3- Introduction d'un Cours en Miracles :

"Ce cours peut donc se résumer très simplement de cette façon :

-       Rien de réel ne peut être menacé.

-       Rien d'irréel n'existe.

En cela réside la Paix de Dieu."