Association 14

Moyens

Les moyens sont les "techniques" utiles pour distinguer l'égo et s'en garder (la prière et la méditation sont les moyens le plus connus, le détachement et la vigilance en sont deux autres très utiles).

Il y a de nombreuses années, je me suis rendu compte que je ne savais pas ce qu'était la prière, ni comment prier. On ne m'a jamais enseigné, et je n'ai jamais appris, à prier.

Voyant que les grands maîtres spirituels donnaient tant d'importance à la prière, je voulais découvrir par moi-même de quoi parlait la prière. Communion, présence, abandon, confiance, dépendance, intentions ... voilà quelques idées qui se sont présentées.


Dans les années qui ont suivi, j'ai commencé à expérimenter par moi-même le pouvoir de la prière. Surtout en présence de mes généreux maîtres, j'avais trouvé que beaucoup de mes prières avaient reçu une réponse, parfois instantanément ! Surtout avec patience et confiance, elles obtenaient une réponse lorsque le temps, les causes et les conditions étaient mûrs.


À titre d'exemple personnel, depuis plusieurs années, je demandais de l'aide pour accomplir une certaine pratique qui n'était pas proposée facilement. Je persistais à demander des conseils à mes maîtres. Pendant plusieurs années j'ai continué à rencontrer ce qui me semblait des impasses. Même aussi récemment que l'année dernière, j'étais vraiment découragé par le manque de soutien que je recevais. J'ai abandonné pendant un moment, mais heureusement pas pour longtemps. J'avais réussi à persévérer, à dépasser la déception. Alors voilà que, sans m'en apercevoir, mes prières ont été exaucées. J'ai reçu la clarté que je cherchais depuis plusieurs années. Je l'attribue à la grâce et à la bonté de mes maîtres qui me tiennent dans leurs prières et dans leurs esprits. Et moi, je les harcelais continuellement.


Beaucoup d'entre nous sont constamment confrontés à des tensions et des angoisses apparemment insurmontables, au désespoir et à l'insignifiance. Nous abandonnons, restons engourdis et nous absorbons nous-mêmes dans l'activité infinie et les distractions facilement disponibles pour nous. Ou nous nous mettons en colère et ripostons.

N'abandonnez jamais. Apprenez à prier. Apprenez à invoquer la sagesse, la compassion et le pouvoir des grands maîtres spirituels pour obtenir de l'aide. Allez vers eux et demandez leur de l'aide. Nous ne sommes jamais seuls dans le voyage de notre vie. Je me souviens toujours d'Orgyen Tobgyal Rinpoche disant "Croyez que les pratiques fonctionnent ! N'en doutez pas!"


Prier votre maître avec une confiance déterminée.


Quant à ses qualités, sa réalisation est aussi vaste que le ciel et sa connaissance et son amour sont aussi illimités que l'océan. Sa compassion est aussi puissante qu'un grand fleuve. Sa nature est aussi ferme que le mont Meru. Il est comme un père ou une mère pour tous les êtres, puisque son cœur est également partagé par tous. Chaque aspect individuel de chacune de ses qualités est incommensurable. Il est comme un joyau qui exauce les vœux. Vous avez seulement besoin de lui faire confiance et de le prier et quelles que soient les réalisations que vous recherchez, elles se produiront sans effort.


~ Patrul Rinpoche

 

LE MONDE RÉEL

Le monde réel tient la contrepartie de chaque pensée malheureuse reflétée dans ton monde ; il est  une  sûre correction pour les vues de la peur et les sons de bataille que ton monde contient.

Le monde réel montre un monde vu différemment, par des yeux tranquilles et l'esprit en paix.

Il n'y a là que le repos.

Il n'y a pas de cris de douleur et de chagrin qui y soient entendus, car il n'y a rien là qui reste en dehors du pardon.

Et les vues sont douces.

Seuls les vues et les sons heureux peuvent atteindre l'esprit qui s'est pardonné lui-même.

Livre d'exercices pour étudiants, juste avant la leçon 291. 

huit

 

1. Considérant tous les êtres

    Comme plus précieux qu'un joyau qui exauce tous les souhaits

    Pour accomplir le but ultime

    Je ne cesserai de les chérir.

2. Chaque fois que je me trouve en compagnie,

    Je me verrai comme le plus humble de tous,

    Et tenant les autres pour suprêmes,

    Je les chérirai du plus profond de mon cœur.

3. Dans tous les actes, j'observerai mon esprit

    Et, dès que surgissent les émotions destructrices,

    Je leur ferai face et les écarterai avec fermeté

    Car elles sont néfastes pour moi-même et pour autrui.

4. Quand je rencontre des personnes négatives

    Ou accablées par le poids des méfaits et de la souffrance,

    Je les tiendrai en grande estime,

    Comme si je découvrais un trésor rare et inestimable.

5. Quand, par envie, une personne me fait du tort,

    M'attaque ou me méprise,

    Je prendrai sur moi toute défaite

    Et leur offrirai toute victoire.

6. Même quand une personne que j'ai aidée,

    Ou en laquelle j'ai placé de grands espoirs,

    Me traite de façon très injuste,

    Je la verrai comme un véritable maitre spirituel.

7. En bref, directement ou indirectement,

    J'offrirai aide et bonheur à tous les êtres, mes mères,

    Et en mon for intérieur, je prendrai sur moi

    Tous leurs maux et toutes leurs souffrances.

8. J'apprendrai à préserver toutes ces pratiques

    Des souillures des huit préoccupations mondaines.

    Puissé-je reconnaître toutes choses comme illusoires

    Et, brisant la chaîne de l'attachement, me libérer de la servitude!

par Guéshé Langri Thangpa

meditation

Les textes de méditation enseignent neuf méthodes pour cultiver l'attention, établir l'esprit dans l'équanimité et le rendre plus stable. Rappelons que dans ce cas, la pleine conscience consiste à rester sans cesse attentif à l'objet de concentration choisi.

1) Concentrer l'esprit, même si ce n'est que "brièvement" au début, sur un objet, conformément aux instructions, en évitant qu'il ne se laisse entraîner par des images ou des pensées discursives.

2) Poser l'esprit "continuellement" sur cet objet, pendant une période de temps accrue, sans tomber dans la distraction. Pour y parvenir, il faut se rappeler très clairement les enseignements sur la façon de maintenir l'esprit concentré sur son support, les garder en mémoire, et les mettre en pratique avec soin. Si l'on applique ces instructions avec vigilance, on sera en mesure de reconnaître la distraction sur-le-champ.

3) Poser l'esprit " de façon répétée" en vérifiant à intervalles réguliers s'il demeure sur son objet et en l'y ramenant rapidement chaque fois que l'on s'aperçoit que la distraction
l'en a écarté. Pour cela, il faut reconnaître que l'esprit a été distrait, identifier l'émotion ou la pensée qui a provoqué cette distraction et mettre en oeuvre l'antidote approprié. Peu à peu, on devient capable de maintenir l'esprit calme et stable pendant de plus longues périodes de temps, tout en gardant une concentration plus claire.

4) Poser l'esprit " avec soin " : plus l'esprit est ferme, plus il est précisément concentré, plus on est enclin à méditer. Même si l'attention n'est pas encore parfaite, on arrive à ne plus perdre complètement le support de sa méditation, et on est libéré des formes les plus perturbantes de l'agitation mentale.

5) "Maîtriser l'esprit" : Lorsque la concentration parvient à se stabiliser, elle risque parfois de se transformer en une torpeur subtile. Dans ce cas, on ravive l'acuité et la clarté de la présence éveillée et on renouvelle l'inspiration et l'enthousiasme en considérant les bienfaits de la concentration parfaite ( Samadhi ).

6) "Pacifier l'esprit ": à force de raviver cette acuité, celle-ci peut engendrer une agitation mentale qui déstabilise la concentration et prend la forme d'une petite conversation discrète en arrière-plan de l'attention. le fait de considérer alors les écueils de l'agitation et de la distraction permet de calmer l'esprit et de le rendre clair et limpide, à l'image d'un son pur émis par un instrument de musique bien accordé.

7) "Pacifier complètement" l'esprit en ayant recours à l'attention soutenue et enthousiaste afin d'abandonner tout attachement aux expériences méditatives. Celles-ci peuvent revêtir plusieurs aspects tels que la félicité, la clarté ou l'absence de pensées discursives, et se traduire aussi par des mouvements spontanés d'allégresse ou de tristesse, de confiance inébranlable ou de peur, d'exaltation ou de découragement, de certitude ou de doute, de renoncement aux choses de ce monde ou de passion, de dévotion intense ou de vues négatives.

Toutes ces expériences peuvent survenir sans raison apparente. Elles sont le signe que des changements profonds se produisent dans notre esprit. Il faut se garder de s'identifier à ces expériences et ne pas leur accorder plus d'importance qu'aux paysages que l'on voit défiler par la fenêtre d'un train.
Grâce à l'attention parfaitement pacifiée, ces expériences s'évanouiront d'elles-mêmes sans troubler l'esprit, et celui-ci connaîtra alors une profonde paix intérieure.

8) " Garder l'attention concentrée en un point" : Après avoir éliminé la torpeur et l'agitation mentale, garder l'attention stable et claire sur un point pendant toute la séance de méditation. L'esprit est alors comme une lampe protégée du vent, dont la flamme stable et lumineuse, éclaire au maximum de ses capacités. Il suffit d'un effort minimal, au début de la séance de méditation pour établir l'esprit dans le flux de la concentration où il se maintient ensuite sans difficulté, demeurant dans son état naturel, libre de contraintes et de perturbations.

9) " Reposer dans un état de parfait équilibre " : Lorsque l'esprit est pleinement familiarisé avec la concentration sur un seul point, il demeure dans un état d'équanimité qui advient spontanément et se perpétue sans effort.

L'art De La Mediation. Matthieu Ricard

 

 

Le Dalaï-Lama, grand ambassadeur de l'humanisme dans le monde entier est une figure emblématique pour bon nombre d'entre nous. Ses philosophies sont évocatrices de paix de partage et d'échange.

DL1Photo © Jamie Williams

 

1. Prenez en compte que le grand amour et les grandes réussites impliquent de grands risques. 

Le risque est impliqué dans chaque grande occasion de la vie. S’il n’y avait pas de risques, alors tout le monde agirait, ce qui rendrait les gens « ordinaires » et non « grands ». Démarquez-vous des autres comme celui qui peut non seulement prendre des risques, mais qui apprécie de le faire.  

 

2. Lorsque vous échouez, n’échouez pas la leçon. 

Si vous oubliez ce que vous avez appris à ne pas faire, vous serez condamnés à répéter vos actions. Plus important encore, ne craignez pas l’échec. Car l’échec est le précurseur de la réussite. Rien de grand ne s’est accompli sans échec. Le but de la vie n’est pas que nous soyons parfaits, mais que nous devenions la meilleure version possible de nous-même. Il est plus important d’être authentique qu’infaillible, et nous gagnons à écouter notre instinct. Les seules vraies erreurs sont celles que nous commettons à répétition. Les autres sont des occasions d’apprentissage.  

 

3. Suivez les trois R : 

Respect de soi – La confiance est la clé de la réussite et si une personne ne se respecte pas, vous ne pouvez pas croire en elle. Ainsi, si vous ne vous respectez pas, vous ne pouvez pas réaliser de grandes choses puisque vous ne pouvez respecter les autres.

Respect des autres – Et vous serez respectés en retour. Si vous ne retournez pas le respect des autres, certains présumeront qu’ils ne valent pas la peine d’être respectés, et de ce fait, ils ne se respecteront pas.

Responsabilité pour toutes vos actions – Vous êtes seul responsable de vos sentiments, de vos actions, de votre réussite, etc. Vous contrôlez totalement votre vie, il ne faut pas essayer de blâmer les autres pour ses erreurs et ses malheurs.  

 

4. Rappelez-vous que ne pas obtenir ce que vous voulez est parfois un merveilleux coup de chance. 

Essayer d’obtenir tout ce que vous désirez ne sera pas nécessairement bon pour vous dans le long terme. Si quelque chose semble ne jamais fonctionner, comme si le destin intervenait, pensez à lâcher prise et revenez y plus tard. L’Univers agit de façon mystérieuse et doit être digne de confiance.  

 

5. Apprenez les règles pour savoir comment les transgresser correctement. 

Les règles sont faites pour être transgressées. La plupart d’entre elles sont mis en place par les anciens établissements corrompus qui ne cherchent qu’à asservir et maintenir leur propre pouvoir. Quand il s’agit de transgresser les règles, faites-le correctement pour éviter les répressions. Mais par-dessus toutes choses, assurez-vous que vous le faites dans les règles. Si l’autorité n’avait jamais été remise en question, nous serions une civilisation stagnante.  

 

6. Ne laissez pas une petite dispute briser une grande amitié. 

Évidemment, l’amitié est bien plus importante qu’une petite dispute, mais très peu de gens mettent cette règle en pratique. Vous devez également être en mesure de suivre la règle #7 pour pouvoir suivre la règle #6.  

 

7. Lorsque vous réalisez que vous avez commis une erreur, prenez immédiatement des mesures pour la corriger. 

Et ne laissez pas votre fierté faire obstacle à ces mesures. Pardonnez-vous et prenez-en l’entière responsabilité. Cela en dira long sur votre personne. Ce n’est pas le nombre de nos échecs qui déterminent notre réussite finale, mais notre capacité à en extraire de la sagesse, puis à passer à autre chose avec une énergie nouvelle. Les erreurs sont neutres; nous pouvons en faire ce que nous voulons. Selon notre manière de les percevoir, elles nous accableront ou nous guideront vers le succès.  

 

8. Passez un peu de temps seul chaque jour. 

Peu importe ce que vous faites, passez au moins 30 minutes de votre journée seul dans un endroit calme. Cela vous donnera au moins une demi-heure pour observer ce qui se passe dans votre vie, de prendre conscience de qui vous êtes et de comprendre ce que vous voulez. Que ce soit à travers la prière, la méditation, le yoga ou le golf, ce rituel est un « must ».  

 

9. Ouvrez vos bras au changement, mais ne laissez pas s’envoler vos valeurs.

Le monde est en constante évolution. Si vous n’êtes pas ouvert au changement, alors vous serez malheureux. Vous allez vous-même changer, mais cela ne veut pas dire que vos valeurs doivent changer aussi. Accueillez les nouveaux lieux, les nouveaux visages et les nouveaux amours, mais ne changez jamais ces parties importantes de vous-même, sauf si vous avez de bonnes raisons de penser que vous aviez tort d’y croire.  

 

10. Rappelez-vous que le silence est parfois la meilleure réponse.

Le silence conduit à la contemplation détendue au cours de laquelle les émotions ont moins d’influence et où logique peut prendre le relais. Par exemple, si vous vous disputez avec un ami, garder le silence au lieu de riposter en vous emportant est plus efficace et mettra fin à la dispute beaucoup plus rapidement.  

 

11. Vivez votre vie avec honneur. 

De ce fait, lorsque vous vieillirez et vous regarderez en arrière, vous serez en mesure d’en profiter une seconde fois. Vous allez devoir vivre avec vos actions pour le reste de votre vie, alors pour vous épargner le regret et l’angoisse, vivez votre vie avec honneur à partir de maintenant. Les bonnes choses viennent et les bonnes personnes aussi. Vous ne serez jamais puni pour avoir agi avec intégrité.  

 

12. Une atmosphère d’amour dans votre maison est le fondement de votre vie. 

C’est la règle où vous avez le moins de contrôle. Comme dans la règle # 3, si vous respectez (aimez) votre famille, ils vous respecteront et vous aimerons en retour. Faites entrer l’amour dans votre maison. Faites briller les murs avec de la tendresse. Cela établira une base solide dans la vie de vos enfants.  

 

13. Lorsque vous êtes en désaccord avec les êtres chers, concentrez-vous uniquement sur le présent.

Ne réveillez pas le passé. Le passé est constant, immuable. Réveiller le passé ne peut qu’apporter plus de douleur à la situation. Pardonnez les actions passées et concentrez-vous sur le présent.  

 

14. Partagez vos connaissances.

On apprend tellement dans une vie. Partager vos connaissances avec les gens que vous rencontrez, cela ne peut que les aider. Plus important encore, partager vos échecs et vos expériences pour que les autres ne reproduisent pas les mêmes erreurs.  

 

15. Soyez doux avec la terre. 

La terre est l’endroit où nous vivons. Donc, cela devrait être évident. Blesser la terre c’est se blesser soi-même, l’avenir de vos enfants et de vos proches.  

 

16.  Une fois par an, aussi souvent que possible, allez quelque part où vous n’êtes jamais allé auparavant.

Découvrez de nouveaux lieux et de nouvelles choses. Vous pourriez vous retrouver avec quelqu’un quelque part qui vous rend plus heureux. La Terre est si vaste avec des endroits uniques et magnifiques, pourquoi ne pas aller explorer un peu ?  

 

17. Rappelez-vous que la meilleure des relations est celle dans laquelle votre amour pour l’autre dépasse vos propres besoins. 

L’inverse peut être un indice que votre relation doit se terminer. Si vous avez besoin de quelqu’un plus que vous l’aimez, c’est un signe de dépendance, pas d’affection. Trouvez quelqu’un où l’amour est la force dominante et dans laquelle la relation est beaucoup plus épanouissante.  

 

18. Jugez vos réussites d’après ce que vous avez eu à renoncer pour y arriver. 

Décidez ce que vous voulez. Concevez votre vie idéale et foncez. Ne laissez aucune partie de ce rêve s’échapper, ainsi, vous ne vivrez jamais dans le regret. Tout est bon, car tout est utile –  dans la mesure où vous savez saisir les occasions d’apprentissage qui se présentent à vous. Si vous percevez les expériences difficiles comme de mauvais présages, elles auront un impact négatif. Si vous les voyez comme des occasions de croître, vous saurez les transcender.  

 

DL2

 

 

Même l’union (...) n’est pas suffisante, si ceux qui prient ensemble ne demandent pas, avant toute chose, quelle est la Volonté de Dieu. De cette seule Cause, peut venir la réponse par laquelle toutes les choses spécifiques sont satisfaites ; tous les souhaits séparés sont unis en un.

À chaque fois que vous priez, vous laissez la chance renaître. Pourquoi donc l’étouffer en la gardant captive à l’intérieur des anciennes prisons dont elle est venue vous libérer ? Ne limitez pas votre demande ; votre demande d'union avec Dieu, par l'opération du Saint-Esprit lorsque vous n'interférez pas inopinément par votre volonté appliquée dans le "monde". La seule volonté "juste" est celle de laisser le Saint-Esprit faire la Volonté de Dieu en vous, à travers vous, par vous.

 

Pardonne-nous nos illusions, Père.

Et aide-nous à accepter notre véritable relation avec Toi,

Dans laquelle il n'est pas d'illusions,

Et où nulle jamais ne pourra entrer.

Notre Sainteté est la Tienne.

Que peut-il y avoir en nous qui ait besoin de pardon

Quand la Tienne est parfaite ?

Le sommeil de l'oubli n'est que l'indésir de nous souvenir de Ton pardon et de Ton Amour.

Ne nous laisse pas nous égarer en tentation,

Car la tentation du Fils de Dieu n'est pas Ta Volonté.

Et laisse-nous recevoir uniquement ce que Tu as donné,

Et n'accepter que cela, dans les esprits que Tu as créés et que Tu aimes.

Amen

 

StAntoinePerugiaFronton.jpg

 

 

Copyright UCEM  Texte, Ch 16, SsCh VII, §12, page 375

 

Ceci est un cours en miracles. C'est un cours obligatoire. Seul le moment où tu le suis relève de ta volonté. Une volonté libre ne signifie pas que tu peux établir le curriculum. Cela signifie seulement que tu peux choisir ce que tu veux suivre à un moment donné. Le cours ne vise pas à enseigner la signification de l'amour, car cela est au-delà de ce qui peut s'enseigner. Toutefois, il vise à enlever les blocages qui empêchent de prendre conscience de la présence de l'amour, qui est ton héritage naturel. L'opposé de l'amour est la peur, mais ce qui embrasse tout ne peut pas avoir d'opposé.

Ce cours peut donc se résumer très simplement de cette façon :

Rien de réel ne peut être menacé.

Rien d'irréel n'existe.

En cela réside la paix de Dieu.

 

 

 

Lorsque l'on cherche Dieu on le trouve. Les paroles de Jésus résonnent dans l'esprit de chaque Chrétien : “demandez et il vous sera donné“, “frappez et on vous ouvrira“. Nous connaissons tous ces phrases inoubliables, car elles nous conduisent à demander de l'aide dans la détresse physique ou morale. Pourquoi pas ? Mais elles veulent nous dire bien plus que cela. Car est-ce la vraie prière que de demander lorsque le manque nous taraude ? Qui a dit “vous demandez et vous pensez que vous n'obtenez pas de réponse“ ? Peu importe en fait, car il s'agit de découvrir une vérité qui vous ouvrira les portes de votre vraie nature d'enfant de Dieu. Rien moins que cela !

La vraie prière consiste à réaffirmer, sans cesse, la réalité de notre être : nous sommes les fils et filles de Dieu, notre Père, l'Esprit Créateur à l'origine de toute chose. Nous sommes en route pour nous unir à notre Père dans la perfection de son Être.

La prière de demande sous-entend que nous manquons de quelque chose ; elle affirme indirectement que nous nous croyons séparés de notre bien ; elle creuse le fossé qui nous sépare de la divinité en nous. La seule prière porteuse de puissance consiste à affirmer et à réaffirmer, chaque jour, la réalité de qui nous sommes : des êtres complets, porteurs de la nature de Dieu. La répétition quotidienne de cette prière est nécessaire car comme l'eau polit les galets des rivières, elle polit notre cœur et notre esprit pour les débarrasser de la gangue qui les enveloppe. Elle purifie notre pensée, la libérant du rêve hypnotique que des générations de négativité ont imprimé en nous.

Ce faisant nous entrons dans la Voie de la découverte de l'unique réalité : la transcendance de notre âme en chemin vers sa vraie nature de fille de Dieu.

 

Copyright "Trouver Dieu par la Prière"  J M Daniel Buclet 2015-2017

 

Que l’objet de notre foi soit vrai ou faux, vous obtiendrez les mêmes effets. La foi est cause et la manifestation est effet. Lorsque la foi est placée selon la réalité divine, les effets sont libérateurs. Lorsque la foi est placée en ce monde et ses interactions, alors les effets sont aléatoires, paraissant bons ou mauvais au gré de notre jugement égotique.

Les affirmations nous aident à fixer notre esprit sur notre désir profond et à écarter les objections que le mental tente de mettre en travers de la réalisation. Cependant, soyons conscients que la foi réelle en ce que disent ces affirmations, est nécessaire. Et comprenons qu'elle est suffisante. Notre inconscient nous souffle souvent des affirmations contre notre bonheur et notre joie, sans même que nous le sachions : cette "foi" profonde en notre culpabilité est suffisante pour nous rendre malheureux, même si en apparence tout semble bien aller.

Les affirmations positives, réellement crues veulent transformer progressivement nos pensées "automatiques". Les afirmations positives sont celles qui font apparaître bienveillance, bonne volonté, amour, celles qui pardonnent tout en toutes circonstances.

C'est le rôle de la Prière d'être la suprême affirmation de qui nous sommes. Confiez toujours votre prière au Saint-Esprit qui la portera à la Vérité. Ainsi apparaîtra ce qui est juste et ce qui vous convient exactement.

 

Quelques exemples :

La santé :

Chaque patient doit prier régulièrement tous les soirs avant de s’endormir. Celle que nous faisons avant de nous endormir est la plus susceptible de pénétrer dans le subconscient.

Déclarez : «Cela passe !», en le répétant tranquillement, paisiblement. Et ajoutez : «Cela ne se reproduira plus.»

«Je suis un être sain, pur et parfait.»

«Chaque cellule, chaque nerf, chaque muscle de mes poumons sont en ce moment purifiés, fortifiés, perfectionnés. Tout mon corps est rendu à la santé.»

 Modus operandi :

  • Examiner le problème,
  • En remettre la solution au subconscient qui seul la connaît,
  • Se détendre dans la conviction profonde que tout est accompli.

La richesse :

            «De jour et de nuit je suis enrichi dans toutes mes entreprises.»

«Mes affaires s’améliorent chaque jour. J‘avance, je progresse et je suis tous les jours plus riche.»

«Opulence, succès !» répétez cela chaque jour dans la détente.

Ayez en ce qui concerne l’argent une attitude bienveillante.

«J’aime l’argent, je m’en sers sagement, constructivement et judicieusement. L’argent circule constamment dans ma vie, je le dépense avec joie et il me revient multiplié de merveilleuse façon.»

 Cherchez une direction :

 Déposez dans votre banque tout de suite, la joie, l’amour, la paix et la bonne humeur. Occupez-en votre esprit ; votre banque subconsciente vous donnera un intérêt composé qui s’élèvera au-delà de vos rêves les plus audacieux :

  «Je suis le canal au travers duquel coulent l’Amour, la Beauté, l’Harmonie, la Paix, l’Opulence et l’Intelligence de Dieu. Toutes les qualités, tous les attributs, tous les pouvoirs s’expriment merveilleusement à travers moi.»

 

 

Quand vous pratiquez ces affirmations, que ce ne soit pas des incantations, vides de foi et d'assurance. Décidez que cela représente vos souhaits les plus sincères, et remettez au Saint-Esprit, en confiance, calmement, la réalisation telle qu'Il la conçoit pour nous. Lui seul connaît ce qui est le meilleur pour nous, et rappelons-nous que lorsque la réalisation ne vient pas c'est qu'il y a en nous un obstacle inconscient qui contredit notre souhait. Celui-là il faut le découvrir pour le pardonner. Alors la guérison de l'erreur peut arriver.

 

 

 

Prenez du temps chaque jour pour célébrer la vie. Votre incarnation est un miracle : c'est le fait que vous êtes vous. Pensez au nombre de choses qui ont dû s'aligner dans l'Univers pour que vous soyez présent sur la terre à cette époque. Vous n'êtes pas le fruit du hasard !

Alors, puisque le précieux cadeau qu'on appelle la vie vous a été donné, prenez le temps de l'apprécier et d'en jouir. Votre séjour sur terre est court, même si vous avez le bonheur de vivre cent ans. Dans l'ordre global des choses de l'Univers, ce n'est qu'un clin d’œil, mais ce court passage est suffisant pour changer la trajectoire de l'humanité.

Chaque parole que vous dites, chaque acte que vous faites ajoute au bien-être du genre humain, ou augmente la peur qui se fait sentir un peu partout précisément en cette période de l'histoire. Choisissez avec sagesse.

Vous quitterez ce monde, mais d'autres suivront et le défilé des êtres vivants se poursuivra. Vous voilà ici, et puis vous voilà parti. Vos enfants arrivent et, eux aussi, partiront un jour. Cela fait partie du jeu, de l'expérience que vous appelez la vie. Bien sûr, lorsque vous partirez, lorsque vous mourrez (oh, quel terme effrayant!), vous continuerez à avancer dans un voyage qui ne se terminera jamais.

Alors pendant que vous êtes présent dans votre corps actuel, vous pouvez tout aussi bien jouir de vous-même. Prenez le temps de vous laisser divertir par la vie même. Ne vous prenez pas trop au sérieux. Cette expérience est faite pour être amusante. Alors, est-ce que vous vous amusez ?

Copyright Sylvain du Boullay