Association 14

 

L'étreinte

Le retour.jpeg

 

Ton aspiration atteint maintenant son paroxysme ; c'est une brûlure dans ton cœur différente de ce que tu éprouvais auparavant. Ton cœur peut même avoir l'impression de s'étirer vers l'extérieur, de tendre vers le ciel, prêt à craquer dans son désir d'union, un désir que tu ne comprends pas mais que tu peux certes ressentir.

C'est un appel à entrer maintenant dans mon étreinte et à me laisser te consoler. Laisse couler tes larmes et laisse le poids de tes épaules reposer sur les miennes. Laisse-moi bercer ta tête contre ma poitrine tandis que je caresse tes cheveux et t'assure que tout ira bien. Réalise que c'est l'étreinte du monde entier, de l'univers, du tout en tout, dans laquelle tu existes littéralement. Ressens la douceur et l'amour. Abreuve-toi de sécurité et de repos. Ferme les yeux et mets-toi à voir avec une imagination qui dépasse la pensée et les mots.

Tu n'es plus l'objet regardant les sujets du royaume. Tu es le cœur du royaume. La beauté du royaume révélée. L'enfant bien-aimé nourri au sein de la reine mère la terre, enfant unique d'une mère unique, sans nom et au-delà de toute appellation. Aucun "je" ne réside ici. Tu as renoncé à la vision de tes yeux et au "je" de ton égo. Tu es dégagé de tes limites ; tu n'es plus une beauté, mais la beauté même.

La "choséité" est terminée et ton identité ne tient plus dans la forme, mais coule de la vie elle-même. Ta beauté est le rassemblement des atomes, l'ordre dans le chaos, le silence dans la solitude, la grâce du cosmos. Notre cœur est la lumière du monde.

Nous sommes un seul cœur.

Nous sommes un seul esprit…

Un Cours d'amour Ch. 20 p 159