Association 14

 

Le Vaccin ARN (surnommé vaccin OGM)

Aujourd'hui on nous promet un vaccin à grande efficacité (> 90%, voire > 95%).

De quoi parle-t-on ?

Naguère un vaccin consistait à inoculer une version atténuée d'une maladie (on parle de squelette inerte, d'un fantôme) en vu de provoquer une défense immunitaire à base d'anticorps, de façon définitive si possible.

Le vaccin de la grippe est resté un peu aléatoire parce que le virus grippal saisonnier mute très vite et qu'on ne sait pas préparer ce type de vaccin en moins d'un an, donc à partir d'une souche plus ou moins obsolète. Sur la poliomyélite ce type de vaccin a bien fonctionné depuis longtemps, par exemple, puisque la source de la maladie était stable.

Si l'on voulait utiliser une telle technologie pour lutter contre un virus type Sras-Cov2, tel que celui d'aujourd'hui, il faudrait plusieurs années de mise au point, sans assurance qu'au bout de ce temps le résultat soit atteint, avec en outre un investissement financier énorme.

Alors les laboratoires se tournent vers une ingénierie totalement nouvelle que l'on appelle vaccin ARN.

À ce stade il convient d'écouter attentivement ce que dit la Professeure Alexandra Henrion-Claude, généticienne ex-Directeur de Recherche à l'INSERM. Elle nous explique le mécanisme proposé pour lutter contre ce virus (voire d'autres virus potentiels et même d'autres pathologies).

Tout d'abord, un peu de vulgarisation approximative :

  • L'ADN de nos cellules est comme un "disque dur" qui contient les informations nécessaires au fonctionnement de notre corps,
  • L'ARN est un transmetteur qui peut être comparé à une application (comme sur nos téléphones mobiles) qui transporte l'information génétique (comme le ferait une clé USB),
  • Les Protéines sont les agents actifs du corps qui exécutent les programmes transmis comme le feraient des ordinateurs.

C'est simpliste mais accessible pour nous dans cette science très complexe et dont la complexité commence seulement à être mesurée.

Le vaccin ARN qui devrait nous être injecté, peut-être de force (comme certains pays le prévoient déjà) aura une action directe sur l'ARN de nos cellules, c'est à dire sur l'application qui sera introduite dans notre corps.

Dans l'état actuel des connaissances sur cette nouvelle technologie, il est quasiment impossible de prédire les effets d'une telle introduction d'un ARN modifié, ces effets pouvant être de n'importe quel type. Un ARN peut réagir avec un très grand nombre de molécules (protéines). En clair il peut y avoir un effet vaccinal, mais on perd complètement la maîtrise de la cellule à l'ARN modifié. Une cascade incontrôlable d'effets "incroyables et multiples" peut être déclenchée. On ouvre une boîte de Pandore.

Pour résumer brutalement, il est question de nous utiliser comme des cobayes, de modifier notre patrimoine génétique afin de nous prémunir contre d'éventuelles maladies.

Cela ne vous rappelle-t-il pas quelque chose ? Aujourd'hui combien de fruits et légumes n'ont pas été génétiquement modifiés pour résister aux maladies afin de favoriser l'agriculture industrielle intensive.

Eh bien ! Il s'agit ni plus ni moins de nous transformer en OGM (Organismes Génétiquement Modifiés) afin d'êtres sains. Mais qu'en sera-t-il des autres conséquences? Tout peut être imaginé.

Vous savez bien que les aliments OGM ont perdu une grande part de leur valeur nutritive, car ils ont perdu de la "vitalité" et ne peuvent plus être totalement assimilables par la vie organique naturelle.

Peut-être que nos OGM, si nous les acceptons, ne pourront plus être assimilés par l'Humanité vivante et que nous serons devenus à notre insu des hybrides plus malléables car moins attachés à leur liberté de vivre comme bon leur semble, prix à payer pour une santé (qui est le caractère de ce qui est sain) apparente parfaite!

Chaque instant est un instant de choix. À  vous de voir ce que vous choisissez.